Questions fréquemment posées

Qu’est-ce que le radon ?

Le radon est un gaz radioactif « noble » ou « rare » issu de la chaine de décroissance de l’Uranium 238 naturellement présent dans le sol. C’est l’unique élément gazeux de cette chaine de décroissance. Au fil du temps, le radon décroit lui-même en éléments eux aussi radioactifs. En bout de chaine, se forme une particule de plomb inerte.

Lorsque le radon et ses produits fils se transforment, ils émettent un rayonnement alpha qui peut provoquer de graves dégâts sur les tissus organiques.

Ainsi, l’inhalation de radon ou de ces « fils » agglomérés autour de poussières peut ainsi présenter un risque  important pour la santé.

 

Pouvons-nous sentir le Radon ?

Le radon est un gaz inodore et incolore. Il est donc très difficile de le détecter dans l’environnement.

Par conséquent, le seul moyen de le mesure est d’utiliser un détecteur sensible aux particules alpha émises lors de sa décroissance.

 

 

A quel point le radon est-il dangereux dans l’air ?

En 1986, l’Organisation Mondiale de la Santé a mis en évidence l’aspect cancérogène du radon. L’OMS précise même que radon serait, après le tabac, la plus importante cause de développement de cancers du poumon.

En effet, en France, l’exposition excessive au radon serait à l’origine de 1200 à 2900 décès par cancers du poumons. Suivant les moyennes régionales d’activité volumique de radon, ce gaz serait donc impliqué dans 3 et 14 % du nombre de cancers du poumons diagnostiqués.

Mesurer le radon, comment ça marche ?

Pour mesurer l’activité volumique du radon, Radonova laboratories utilise des détecteurs solides de traces nucléaires DSTN.

Ces détecteurs se composent d’un film sensible de type CR-39 enchâssé dans une coque de plastique noir dont le volume est connu. Cette coque forme une une chambre à air que l’air, et donc le radon qui s’y trouve, peut pénétrer librement. Lors de sa décroissance, les rayonnements alpha émis par le radon vont alors interagir avec le film sensible. Ainsi, plus la concentration en radon est élevée, plus le nombre de traces laissées sur le film sensible sera élevé.

En laboratoire, Radonova applique un processus chimique à ces films sensibles permettant de révéler ces traces. Elles deviennent ainsi visibles précisément au microscope électronique. Un process entièrement automatisé, vient ensuite les comptabiliser. Ainsi en corrélant le nombre de traces avec la durée d’exposition il est possible de déduire une concentration en radon.

Combien de détecteurs sont nécessaires ?

Le nombre de détecteur nécessaire dépend directement du volume à mesurer. En France, il n’existe aucune indication prescrite par les pouvoir publics sur ce sujet. Cependant, l’application de la méthode britannique permet d’obtenir des résultats particulièrement précis :

  • Dans un deux pièces, positionner un détecteur dans la pièce la plus utilisée le jour (salon, séjour, …) et un autre dans la chambre à coucher.
  • Positionnez un détecteur supplémentaire par étage ou par chambre à coucher supplémentaire utilisée quotidiennement. Plus le logement est grand, plus il faudra placer de détecteurs.
  • Un seul détecteur peut parfois suffire pour un logement inférieur à 60m2

Pour plus d’informations, reportez vous à la norme ISO 11665-8 ou contactez notre partenaire DosExpert pour vous aider dans votre projet de dépistage.

Où se trouve le radon ?

Le Radon est un gaz issu de la chaine de décroissance de l’uranium 238. On le trouve ainsi en quantité importante dans les régions aux sols granitiques et volcaniques.

La carte établie par l’IRSN montre ainsi les zones et les départements français à risque pointés par l’arrêté du 22 juillet 2004. C’est dans ces départements que la législation liée au radon pour les logements, lieux de travail souterrains et établissements publics s’applique.